Le Sahara Blend a perdu 9,72% de sa valeur en 2019. Le pétrole algérien était coté en moyenne à 64,49 dollars le baril en 2019 contre 71,44 dollars/baril en 2018. Sur l’année, il a ainsi perdu 6,95 dollars/baril  (-9,72%). La baisse du Sahara Blend intervient dans un contexte de repli général des prix sur le marché pétrolier mondial en 2019.

Le prix moyen du panier de l'Opep a baissé de 5,74 dollars (-8,2%) par rapport à 2018, pour s'établir à 64,04 dollars/baril. Il s'agit du niveau le plus bas en trois ans pour le panier de l'Opep, selon le dernier rapport mensuel de cette dernière. “Les prix du pétrole ont subi une pression sur l'année en raison du conflit commercial entre les États-Unis et la Chine qui a contribué à affaiblir l'économie mondiale et à ralentir la croissance de la demande de pétrole en 2019”, est-il noté dans le rapport de l'Opep.

En outre, la croissance rapide de l'offre de pétrole hors Opep, en particulier de la production de schiste américain, qui a augmenté plus que la croissance de la demande mondiale de pétrole au cours de l'année, a également pesé sur les prix du pétrole, souligne l'organisation.

Cependant, le Sahara Blend a été le sixième brut le plus cher en 2019, après l'Angolais Girassol (66,11 dollars/baril), le Guinéen équatorial Zafiro (65,74 dollars/baril), le Nigerian Bonny Light (65,63 dollars/baril), le Saoudien Arab Light (64,96 dollars/baril) et l'Émirati Murban (64,72 dollars/baril).

Le prix du brut algérien est établi en fonction des cours du Brent, brut de référence de la mer du Nord, coté sur le marché de Londres avec une prime additionnelle pour ses qualités physico-chimiques appréciées par les raffineurs. Sur le mois de décembre seul, le prix du pétrole algérien a toutefois progressé de 4,24 dollars pour atteindre 68,10 dollars/baril contre 63,96 dollars en novembre.

Cette hausse de 6,6% explique notamment l'optimisme affiché fin 2019 quant aux perspectives des fondamentaux du marché pétrolier, à la suite de l'apaisement des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine et de la poursuite des efforts de stabilisation du marché menés par l'Opep et ses alliés.

Ces évolutions ont tiré le prix du panier de l'Opep à la hausse pour atteindre en décembre 66,48 dollars le baril, le prix le plus élevé depuis avril 2019. Le rapport de l'Opep indique, par ailleurs, que la production de l'Algérie en 2019 a atteint 1,023 million de barils par jour (Mbj), soit une légère baisse de 17 000 barils par rapport la production moyenne de 2018 (1,040 Mbj).

R. E. liberte



Commentaires

Ajouter un Commentaire